Au revoir, Montpellier

Cette fois-ci, tout s’est passé beaucoup plus vite que je ne le pensais. Après deux ans de vie à Montpellier, il faut changer. Je pense que cette fois le changement va être plus difficile à faire que pour d’autres occasions. Alicante » Dublin, Alicante » Barcelone, Barcelone » Montpellier et maintenant, je quitte Montpellier.

J’aime bien Montpellier parce que c’est une ville comme Alicante. C’est génial d’avoir les amis à 10 minutes de chez moi, c’est génial de se lever le matin et de ne pas entendre le bruit de la ville. Il ne pleut pas beaucoup et le climat n’est pas si différent de celui d’Alicante (un peu plus froid, mais plutôt acceptable).

J’ai rencontré des gens que j’apprécie beaucoup. Peut-être le fait qu’ils sont «différents» fait que je les regarde d’une façon spéciale. Les français que j’ai rencontré ont une culture qui n’est pas si loin de ma culture. Par contre, je me suis complètement senti attiré. Je ne sais pas comment l’expliquer: ils ont une attitude qui n’est pas négatif par rapport à des choses qui arrivent dans la vie. Ils sont actifs, ils aiment bien faire beaucoup d’activités et profiter de la vie de la même façon que je veux faire. Je suppose que cela a été un point clé.

Montpellier est une petite ville, plus petite que Alicante. Mais en même temps elle est la capitale de la région et elle est vivante. Autour de Montpellier, il y a un très grand nombre de lieux où aller faire des randonnées, du VTT et aussi pratiquer des activités telles que le canyoning, via ferrata…

Le Lez traverse Montpellier, tourne vers Lattes et après il arrive à la mer. C’est une rivière calme et petite, et il y a un chemin a coté, toujours jusqu’à la mer. C’est un chemin que j’ai parcouru plusieurs fois. À chaque fois, je suis étonné pour la vue : c’est merveilleux de voir l’horizon, les nuages, le coucher de soleil. C’est un très beau pays.

SONY DSC

J’utilise mon vélo pour me déplacer en ville: au boulot, boire quelques bières, faire la fête.

Je me sens spécial parce que je viens d’ailleurs. Dans mon pays, je suis comme tous les autres, mais à Montpellier je suis «différent» (d’une façon plutôt bonne) par défaut. En même temps tous mes amis français sont spéciaux pour moi. Tous. Je pense que je passe trop de temps à les regarder.

J’aime bien parler français. Une très belle langue, des grands musiciens, grands comédiens, grands films. C’est dommage de partir si tôt, mon français peut encore être amélioré.

J’ai travaillé avec des collègues très gentils. J’ai appris beaucoup de choses qu’on ne peut apprendre qu’en travaillant avec les meilleurs. Je suis plus professionnel grâce à eux.

Ces derniers jours à Montpellier j’ai le cœur plus ouvert que je ne l’avais avant. Je fais attention à tout ce qui se passe: autour de moi, les gens, le paysage, les petites choses qui m’arrivent chaque jour. Je suis triste, mais je suis heureux parce que c’est une expérience merveilleuse… Cela fait partie de la vie.

Je suis en train de faire une valise qui ne pèse rien et qui va être avec moi le reste de ma vie. Je suis conscient.

Je suis conscient.

Je suis conscient.

Je suis tellement triste parce que tout se termine et tout recommence. Je suis tellement heureux parce que tout se termine et tout recommence.

Au revoir, Montpellier

3 pensaments sobre “Au revoir, Montpellier

  1. adrien diu:

    Tu nous a appris beaucoup de mot en espagnol, surtout des gros mots ! Ca va nous manquer !
    Je penserai à toi à chaque fois que j’entendrai : “Ella despidió a su amor, el partió en un barco en el muelle de San Blás ….. lalalalaala”
    et puis, l’Espagne c’est pas si loin que ça🙂

Deixa un comentari

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

Esteu comentant fent servir el compte WordPress.com. Log Out / Canvia )

Twitter picture

Esteu comentant fent servir el compte Twitter. Log Out / Canvia )

Facebook photo

Esteu comentant fent servir el compte Facebook. Log Out / Canvia )

Google+ photo

Esteu comentant fent servir el compte Google+. Log Out / Canvia )

Connecting to %s